Chaudière pulsatoire

La chaudière pulsatoire est une chaudière ayant un rendement particulièrement supérieur aux chaudières classiques et un peu supérieur aux chaudières à condensation.



Catégories :

Appareil de chauffage - Cheminée - Génie énergétique

Recherche sur Google Images :


Source image : forums.futura-sciences.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La chaudière pulsatoire est une sorte de moteur thermique au gaz (gaz naturel... Les gaz de combustion avancent progressivement dans l'échangeur, au fur et à ... (source : www2.ademe)

La chaudière pulsatoire est une chaudière ayant un rendement particulièrement supérieur aux chaudières classiques et un peu supérieur aux chaudières à condensation. Le principe de combustion de la chaudière pulsatoire diffère des chaudières classiques. Il est analogue à un moteur thermique au gaz (gaz naturel ou Propane).
Au lieu d'un brûleur ouvert, la chaudière pulsatoire dispose d'une chambre de combustion qui débouche sur un faisceau de tubes en spirale. Le mélange air-gaz est introduit dans la chambre de combustion où une micro-combustion est déclenchée afin d'évacuer les gaz brulés réchauffés vers l'échangeur. Le régime de circulation des gaz brûlés n'est pas laminaire mais turbulent, ce qui facilite les échanges de chaleur en diminuant l'épaisseur de la couche limite.

Inconvénients des chaudières ordinaires

Pour une chaudière ordinaire, 20% de l'énergie consommée est perdue dans les gaz de combustion. De plus, le régime laminaire d'écoulement des gaz brulés ne facilite pas l'échange thermique : sur les parois des conduits de fumée une faible épaisseur de gaz (la couche limite) adhère et joue le rôle d'isolant thermique freinant les échanges. La solution pour changer de régime d'écoulement est rendue envisageable en substituant à la combustion continue du brûleur, une succession de micro-combustions.

La combustion pulsatoire

La température dans la chambre augmente jusqu'à 800°C. Une légère surpression de 0, 1 bar est créée par la dilatation des gaz, ce qui referme le clapet et expulse les gaz de combustion dans les tubes de l'échangeur.

Les gaz de combustion avancent progressivement par saccades dans l'échangeur, au fur et à mesure que se produisent les micro-combustions (115 par seconde), ils cèdent leur chaleur à l'eau de chauffage qui circule dans le corps de chauffe. La chambre de combustion est entièrement immergée dans l'eau. Ainsi, l'énergie consommée est quasi entièrement transformée en chaleur, cette dernière est communiquée directement au fluide de chauffage.

Au lieu d'un écoulement laminaire des gaz chauds dans l'échangeur, cette chaudière génère un écoulement turbulent, servant à diminuer fortement la couche limite, facilitant ainsi l'échange de chaleur entre le fluide gazeux et le corps de l'échangeur.

La Pulsatoire consomme à peu près 20 % de moins qu'une chaudière à haut rendement classique et ses pertes thermiques sont 3 à 6 fois inférieures. Le rendement PCI s'approche des 111%.

Voir aussi

Lien externe

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Chaudi%C3%A8re_pulsatoire.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/05/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu